43/ De virtuel en virtuel. Education, amour, corps.

R60_couverture_une_43w

 

Dossier thématique coordonné par Nadia Veyrié

Logo IRTS BN

 

Sommaire du numéro 43 (septembre 2013)

 

  • Éditorial - Sujets virtuels et inégalités réelles / Guy-Noël Pasquet, pp. 4-6.

DOSSIER : De virtuel en virtuel. Education, amour, corps.

  • Le virtuel, l’altérité et le social / Nadia Veyrié, pp. 7-10.

Altérations éducatives

  • Des vieux et des Tic. Du multimédia pour le meilleur et pour le pire / Jean-Pierre Collos, pp. 11-21.
  • Virtualisation de l’enseignement. Du fétichisme comme abhorration de la pensée / Nicolas Oblin, pp. 23-34.
  • La fiction au secours de la réalité. Quand « Plus belle la vie » permet l’accompagnement de jeunes / Nordine Ahmed Touil, pp. 35-46.

Amour virtuel, amour incarné ?

  • Le virtuel, le double et la recherche d’amour / Nadia Veyrié, pp. 47-58.
  • S’aimer sans s’éprouver. De la virtualisation de la rencontre à la liquidation du sentiment amoureux / Ronan David, pp. 59-70.

Témoins de dépendances

  • Les souffrances d’un corps dépendant. Sexualité assistée par Internet / Elisabeth Rossé, pp. 71-78.
  • Addict aux jeux d’argent en ligne. De l’ordinaire à la barbarie / David Sinbandhit, pp. 85-95.

POLYGRAPHIE : Rencontre et subjectivité / Philippe Crognier, p. 101.

  • Entretien avec Kimberly et Alicia / Propos recueillis par Philippe Crognier, pp. 102-118.

achat abonner

4 Comments

  1. Internet occupe une place importante dans les histoires d amour des adolescents, qui ont parfois du mal distinguer le vrai du faux dans cet espace la fois public et priv . L quipe de fil sant jeunes les aide analyser leurs pratiques.

  2. L’amour n’est-il pas plus tabou que le sexe ? L’idee d’un « droit a la vie affective » reduit a un « droit a une vie sexuelle » reste toujours ambigue, qui plus est pour des personnes en situation de handicaps. Qu’elles vivent en institution ou non, qu’elles soient jeunes ou d’un age avance, a cause d’un handicap mental ou physique, des personnes sont privees parfois de vie affective. Comment le travail social traite de ce qui pourrait bien apparaitre comme un tabou plus pernicieux que la vulgate sexuelle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>